Quelques articles

En attendant que ce site ne recense progressivement les travaux et les publications d’André Warusfel, voici quelques spécimens d’articles qu’il a publié tout au long de sa carrière.

Voici tout d’abord dans Le Monde son compte-rendu du Congrès international des mathématiciens (ICM) de Moscou de 1966, auquel il avait assisté durant l’été (Le Monde, 15 septembre 1966).

Le voilà intervenant dans un Séminaire de Théorie des nombres le 15 janvier 1968 sur les corps finis (Séminaire Delange-Pisot-Poitou, Tome 9, n° 1, 1967-1968, exp. n° 9, pp. 1-7)

Suite à la publication de son livre Les mathématiques modernes (Le Seuil, 1969) et aux propositions de la Commission Lichnerowicz, il produit différents articles et  conférences sur ces nouvelles “mathématiques modernes”, dont cette conférence sur les mathématiques modernes comme méthode de formation intellectuelle en février 1971 (dans un séminaire où intervient également André Lichnerowicz)

En janvier 1986 dans Le Monde, c’est en observateur attentif des évolutions de l’informatique qu’il évoque les prémisses des réseaux numériques qui vont constituer l’Internet et sonner la fin des Robinsons de l’informatique (Le Monde, 29 janvier 1966)

Etant par ailleurs rédacteur en chef de la Revue de mathématiques spéciales (RMS), il y a publié de très nombreuses notes mathématiques sur des sujets variés, comme par exemple ce court texte de 1994 sur la compacité en dimension finie (RMS, 1994, n° 5, p. 310)

Devenu inspecteur général en 1994, il continua à publier régulièrement des articles de mathématiques dans la RMS ainsi qu’à l’occasion d’interventions dans des séminaires universitaires, comme en matière de cryptographie en 1995 où il écrivit sur les relations entre Suite de Lucas et cryptographie (Université de Barcelone, publié in Collectanea Mathematica, 1995, 46 1-2)

Le désir de faire connaître et comprendre les mathématiques l’ayant conduit à pratiquer le journalisme scientifique et à écrire pour différentes publications de vulgarisation, on a pu notamment retrouver sa signature dans le mensuel Sciences et Avenir, comme pour cet article sur l’infini en mathématiques, paru dans un hors-série consacré à l’infini en 1996.

Mais ses travaux ultérieurs furent de plus en plus tournés vers l’histoire des mathématiques, comme cet article de 1994 consacré à deux textes mathématiques de Marin Mersenne (Les Études philosophiques, janvier-juin 1994, n°1-2, pp. 41-51)

On peut lire également ce texte évoquant Lebesgue Nancy 1900 : le meurtre du Père (conférence du 6 septembre 2000, École des Mines de Nancy, colloque Henri Poincaré, publiée dans la RMS, septembre 2000, pp. 1-7) ou encore son article sur La formation des mathématiciens français au XXe siècle (colloque de la société mathématique de France, 7 octobre 2005).

Il n’oublie pas les questions de pédagogie mathématique, voire d’interdisciplinarité avec les autres disciplines voisines.  Ainsi en 2004, il publie Un mathématicien, un physicien et un probabiliste aux prises avec la radioactivité, qui sera repris dans plusieurs revues (RMS, 2004-1, n° 114-1, Bulletin de l’APMEP, n° 455).

Voici son intervention à l’Université d’été de Saint-Flour sur Calcul et géométrie : résoudre des équations algébriques (Le calcul sous toutes ses formes, publiée sur le site CultureMATH, 2005).

Mais l’essentiel de ses travaux d’histoire des mathématiques furent consacrés à l’œuvre mathématique de René Descartes, auquel il a consacré sa thèse soutenue à Paris IV Sorbonne en juin 2010 : L’œuvre mathématique de Descartes dans La Géométrie : de la résolution des équations algébriques à la naissance de la géométrie analytique.

Avant même la soutenance de sa thèse, il a eu l’occasion d’évoquer Descartes et La Géométrie à différentes occasions lors de séminaires ou de colloques, comme en 2006 à Toulouse, où il est intervenu sur Construction ponctuelle des courbes algébriques et résolution géométrique des équations algébriques dans La Géométrie de Descartes (texte publié ultérieurement in Luc Sinègre (dir.) Histoire du calcul de la géométrie à l’algèbre, Vuibert, 2009, p. 75).

Il a également publié une présentation vulgarisée de ce même texte fondateur de Descartes : Le livre premier de La Géométrie de Descartes, (qu’il a rédigé pour le site Bibnum animé par Alexandre Moatti (novembre 2009).